Principes
 
PDF Imprimer

PHILOSOPHIE
Principes du Lycée Ermesinde

Le Lycée Ermesinde est une école à plein temps subdivisée en deux cycles, le cycle d’orientation et le cycle de spécialisation. Lors du premier cycle, chaque élève est censé développer ses intérêts et ses talents personnels et les mettre au profit de la communauté. Les exigences vis-à-vis de chaque élève dépassent la participation passive. L’école exige de chaque élève

  • de contribuer activement à l’enseignement dans les domaines qui lui conviennent le plus,
  • de s’efforcer de suivre dans tous les autres domaines et d’y exiger un enseignement de qualité,
  • de fournir des travaux de recherche et de réflexion personnels et de les présenter occasionnellement à la communauté.

Par conséquent, l’apprentissage est différencié et mutuel. Différencié parce que chaque élève est tenu de choisir les domaines dans lesquels il s’engage plus que les autres. Mutuel parce que chaque élève a le devoir d’apporter des contributions personnelles mais aussi de critiquer celles des autres. L’engagement personnel en devient à la fois possible et nécessaire. Possible parce qu’un dépassement du savoir commun est attendu et « écouté ». Nécessaire parce que nul ne peut s’y soustraire. Une grande part de l’apprentissage n’en est pas moins commune et partagée. Elèves et enseignants négocient les programmes et les connaissances les plus représentatives.

La reconnaissance et l’appréciation personnelle l’emportent sur l’évaluation promotionnelle. Pour instaurer et entretenir un climat de travail et d’excellence, l’école mise sur la confiance et la justification.

Une systématisation de l’évaluation et l’uniformisation des méthodes qui en découle, diminueraient la responsabilité et l’investissement des enseignants et des élèves, désavoueraient les échanges et négociations et en fin de compte nuiraient autant à l’engagement personnel qu’à la coopération.

De manière générale, au lieu que tout le monde se contente de satisfaire à des prescriptions communes, chaque enseignant et chaque élève est contraint de fournir un taux important de travail original et de justifier ses choix et ses démarches en fonction des valeurs et orientations communes.

Liberté et nécessité se conditionnent. Les consignes se doivent d’être suffisamment larges et les structures d’échange et de coopération suffisamment contraignantes pour que personne n’échappe ni à la réflexion et à l’engagement personnel ni à la discussion et à la justification.

Chaque élève ainsi que ses parents ont droit à connaître les avis des différents membres de l’équipe en matière de comportement, d’engagement, d’orientation et de progression. Des avis individuels leur parviennent continuellement, des avis concertés plusieurs fois dans l’année.

L’objectif essentiel de l’école est l’apprentissage de la liberté et le développement d’une subjectivité, de la connaissance et de la conscience de soi, de la capacité et de la volonté de faire des choix. Pour y parvenir, chaque élève et chaque adulte a besoin qu’on lui fasse confiance et qu’on s’intéresse à lui. Pour que tout le monde s’engage sur cette voie, l’école crée les possibilités et les exigences afin que tout un chacun ait à s’investir et à rendre des comptes.

L’amitié et la convivialité sont des conditions essentielles pour oser la liberté et la confiance. Afin de les faciliter et de les protéger, l’école se donne des règles très strictes de comportement et de présence.

Le cycle de spécialisation est la suite logique du cycle d’orientation.

La transmission verticale des connaissances se trouve à présent plus opportune et facilitée par une demande accrue et généralisée au sein de groupes d’élèves aux intérêts semblables.

Contrairement au cycle d’orientation, l’appropriation de savoirs prescrits - sous forme de programmes propres à la section choisie – fait sens.

La préparation aux études supérieures se fait à deux niveaux : une accoutumance poussée aux examens et des exigences accrues en matière de travaux personnels.